Document en prêt à « cataloguer » : astuce pour l’identifier lors de son retour ?

Bonjour, Une bonne partie de nos documents provenant des magasins (livres, périodiques) ne sont pas exemplarisés dans AbsysNET (et PAS de code-à-barres). La notice bibliographique associée n'existe pas dans AbsysNET. Toutefois, ces documents sont régulièrement empruntés par nos usagers. Afin que la transaction s'effectue à la banque de prêt (et rapidement...), juste avant le prêt, le magasinier exemplarise chaque document (avec CAB) dans AbsysNET sous une notice chapeau dite « notice rapide » créée en début d’année civile (le magasinier n’a pas le temps et forcément les compétences pour cataloguer le document !). Cette notice rapide est une notice bibliographique très allégée, dont le contenu n'a rien à voir avec les documents en question. Par exemple, pour la bibliothèque universitaire Droit et Lettres, nous créons une notice rapide pour chaque année civile : le titre de cette notice bibliographique sera « NRDL2014 » (pour Notice Rapide Droit-Lettres, année 2014). Donc, vous imaginez bien que de nombreux exemplaires sont accrochés à cette notice à la fin de l'année. Nous avons dans le projet de cataloguer les documents dont les exemplaires se trouvent sous ces notices rapides. Dans un premier temps, nous ne reprendrons pas le rétrospectif. Pour les transactions à venir, l'idée est, lors du retour du document (exemplarisé sous la notice rapide), de pouvoir mettre de côté le document retourné, de le réorienter vers les catalogueurs pour traitement (catalogage). Nous avons pensé à plusieurs choses : mettre un message de circulation lors de la création de l'exemplaire avant la transaction de prêt ; effectuer une réservation une fois le document prêté etc. Ma question est la suivante : êtes-vous amené, lors du retour d’un document pour un éventuel traitement, à devoir l’identifier d’une manière ou d’une autre ? Si oui, comment procédez-vous : message de circulation, réservation, ou autre ?? Ma question peut paraître « simpliste » mais je suis intéressé de voir comment peuvent procéder les autres bibliothèques. J’espère avoir été clair dans mes explications. Merci d’avance pour vos réponses. Cordialement. F. PARENT (SCD de l’Université de Bourgogne)